justice Les Marocains défendant les manifestations américaines devraient soutenir la raciale au Maroc

Larache – Au cours des derniers jours, les Marocains ont réagi au mouvement controversé Black Lives Matter (BLM) originaire des États-Unis et suscitant une implication mondiale.

Les publications et les articles interactifs sur les réseaux sociaux ont fortement exprimé leur désaccord et leur indignation face au vandalisme en cours et aux émeutes intenses à Minneapolis, Philadelphie, Miami et dans de nombreuses autres villes américaines. Pourtant, les mêmes utilisateurs des médias sociaux soutiennent le mouvement anti-racisme des droits humains Black Lives Matter.

Pendant ce temps, les protestations et la solidarité que les Américains ont manifestées l’un envers l’autre dans de telles circonstances ont été immaculées.

Le hashtag #blacklivesmatter est devenu viral peu après le début de la nouvelle vague de protestations, en partie grâce au soutien et à la validation importants que le mouvement Black Lives Matter a reçus au niveau international.

Le moyen le plus populaire de promouvoir l’égalité et de montrer son soutien le mardi 2 juin était d’afficher un carré noir sur Instagram avec le hashtag tendance. Dans un contexte où ces postes étaient bien intentionnés, les organisateurs du mouvement ont affirmé que cette mesure bloquait la visibilité des mises à jour urgentes et des informations concernant les manifestations en cours. Cela s’est produit dans un monde numérique où la mise à jour sur le mouvement de protestation en évolution rapide se fait principalement en recherchant des hashtags.

Il est éthiquement inacceptable pour nous, Marocains, de nier l’existence du racisme aux États-Unis et de nous plaindre des partis qui luttent contre le racisme dans le pays. Néanmoins, la situation cruciale dans les États est un appel à l’action pour sensibiliser à la discrimination ethnique au Maroc.

Changer les mentalités pour lutter contre le racisme au Maroc

Cet immense soutien des Marocains à une noble cause mondiale, luttant contre le racisme systémique, est un grand geste. Cependant, aider en faisant ce qui est possible est une approche encore meilleure que de simplement exprimer son soutien. Faire ce qui est possible implique principalement la mise à niveau vers un état d’esprit orienté vers les solutions.

Le changement commence une fois qu’il est décidé, puis se traduit par une action. Normaliser les noms discriminatoires et racistes des gens sont appelés chaque jour dans les rues marocaines, et faire honte à l’acte d’appeler au changement fait certainement reculer la communauté de plusieurs pas.

Cela étant dit, nous, Marocains, avons encore des possibilités d’aider. Nous pouvons faire un don à des ONG et des œuvres de bienfaisance contre le racisme, aider les fonds de la liberté, dénoncer toute action raciste ou discriminatoire constatée, signer des pétitions internationales destinées aux autorités responsables ou aux institutions gouvernementales, et commencer par abolir le racisme avec nos communautés et familles locales.

Il est essentiel pour nous de saisir l’histoire du racisme systématique et son impact sociétal. La situation actuelle nous appelle à nous éduquer ainsi qu’à nos proches sur le mouvement international contre le racisme dirigé par des manifestants de Black Lives Matter dans les 50 États américains et soutenu par des observateurs dans de nombreux pays étrangers.

Le but le plus élevé derrière la compréhension complète de tous les aspects du racisme est d’augmenter la compassion, ce qui conduit finalement au changement.

Au lendemain de la mort tragique de George Floyd, 46 ans, de nombreuses manifestations et émeutes aux États-Unis appellent à lutter contre le racisme, la brutalité policière et les préjugés dans le système de justice pénale.

En réfléchissant aux circonstances chaotiques aux États-Unis, la question à poser dans ce contexte est la suivante: avons-nous vraiment besoin d’une vidéo décrivant un assassinat cruel et la compassion du monde entier pour admettre l’existence du racisme et de la brutalité policière dans notre pays?

Au milieu de la controverse contre le racisme qui atteint tous les coins du monde, le tabou culturel du racisme au Maroc vient principalement du déni et de l’oppression continus auxquels les militants sociaux et communautaires sont confrontés chaque jour.

Dans ce cadre de réflexion, il est clair que les associations de défense des droits de l’homme doivent intervenir et développer des approches axées sur le changement et traiter de manière appropriée les cas individuels des victimes de racisme et de discrimination.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.