La CIJ tient sa première audience virtuelle sur le différend foncier entre la Guyane et le Venezuela

La Cour internationale de Justice (CIJ) a tenu sa première audience virtuelle mardi, pour traiter d’un différend territorial entre la Guyane et le Venezuela. Le Guyana soutient que la frontière entre les nations a été clarifiée par la sentence arbitrale de 1899, tandis que le Venezuela a qualifié la sentence de «conspiration anglo-russe». En portant l’affaire devant la CIJ, le Guyana cherche à faire respecter la démarcation de la frontière avec le Venezuela. La zone en cause se trouve à l’ouest du fleuve Essequibo en Guyane. La découverte de pétrole au large des côtes a déclenché un débat entre la Guyane et le Venezuela au cours des dernières années

Actuellement, la CIJ examine si elle est compétente pour statuer sur le fond. Le président vénézuélien Nicolás Maduro a écrit une lettre au tribunal, qui a été lue à haute voix. Dans la lettre, Maduro a commenté parce que le Venezuela n’accepte pas la compétence de la cour, ils ne participeront pas.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a renvoyé l’affaire devant la CIJ en 2018. Les tensions se sont encore intensifiées lorsque la marine du Venezuela a saisi un navire de recherche pétrolière en 2013 et s’est approchée d’un autre en 2018.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.