L’Avocat Kényan Paul Gicheru Nie les Accusations de Falsification d’un Témoin Lors de sa Première Comparution à la CPI

NAIROBI, Kenya 7 novembre – L’avocat kényan Paul Gicheru a fait vendredi sa première comparution devant la Cour pénale internationale (CPI), où il a nié les six accusations de falsification de témoins. Gicheru, qui s’est rendu lundi au tribunal de La Haye, faisait partie des trois autres Kenyans recherchés par le tribunal de La Haye pour ingérence présumée de témoins dans les accusations de crime contre l’humanité auxquelles le vice-président William Ruto était confronté.

Lors de sa première comparution devant la juge Reine Adélaïde Sophie Alapini-Gansou de la Chambre préliminaire A, Gicheru a confirmé avoir compris les six chefs d’accusation portés contre lui et a indiqué qu’il les repousserait.

Les accusations incluent la responsabilité en tant que coauteur direct d’avoir sollicité et influencé par la corruption plusieurs témoins en émettant des pots-de-vin et des offres d’emploi en échange de leur retrait en tant que témoins.

“Je n’ai pas l’intention d’admettre les charges, je tiens à déclarer que les allégations qui m’ont été lues ne sont pas vraies, les six d’entre elles sont fausses”, a-t-il affirmé.

Gicheru a en outre confirmé qu’il s’était volontairement rendu aux autorités néerlandaises sans contrainte et qu’il l’avait fait à ses propres frais.

“En ce qui concerne les conditions de remise, je souhaite confirmer au tribunal que je me suis d’abord livré aux autorités néerlandaises sans coercition de personne, il n’y avait aucune menace”, a-t-il déclaré.

Il a admis avoir compris les droits en vertu de divers articles du Statut de Rome, notamment être informé du contenu des accusations, avoir suffisamment de temps pour être représenté et avoir le droit d’être présent lors de l’audience.

PUBLICITÉ. FAITES DÉFILER POUR CONTINUER LA LECTURE.

Le juge Alapini-Gansou a fixé au 12 février 2021 la date de dépôt des documents contenant une description détaillée des chefs d’accusation et une liste des preuves sur lesquelles le procureur peut fonder sa thèse.

«Ayant tenu compte de la nécessité de donner aux parties le temps de se préparer, des circonstances particulières de la crise sanitaire actuelle, de la nature et de la portée de cette affaire et du droit d’un suspect à être inculpé sans retard indu, je fixe la date de dépôt du document du 12 février 2021 », a-t-elle noté.

Le juge Alapini-Gansou a déclaré que la défense pouvait déposer ses preuves au plus tard le 26 février 2021 et que les deux parties pouvaient présenter leurs conclusions écrites avant le 15 mars 2021.

Le procureur aura jusqu’au 26 mars 2021 pour présenter la réponse aux observations écrites de la défense tandis que la défense aura jusqu’au 29 mars pour répondre aux observations du procureur.

“La date de dépôt du document peut être reportée en fonction de l’évolution de la procédure et soit à la demande du procureur ou de la défense”, a-t-elle déclaré.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.