LETTRE: L’Ecocide Devrait être de la Compétence de la CPI

Le ministère sud-africain de l’énergie doit se réveiller et sentir la dégradation humaine, sociale et environnementale causée par le gaz et le charbon. Le passage de l’écocide – la destruction de l’environnement naturel par une action humaine délibérée ou négligente – à la compétence de la Cour pénale internationale (CPI) se développe à juste titre à un rythme accéléré. Si le ministère de l’Énergie de SA continue d’entraver le déploiement des énergies renouvelables – l’option d’emploi la plus efficace, la moins coûteuse et la plus maximale d’emploi – en faveur du gaz Karpowership et [local [charbon], il sera un candidat de choix pour être accusé d’écocide à la CPI.

Peut-être qu’il se réveillera alors à la gravité et aux énormes implications financières, ainsi que la destruction humaine, sociale et environnementale, qui affecte l’Afrique du Sud et le monde maintenant – et, plus important encore, le sera à l’avenir. Ne connaît-il pas la fonte des calottes glaciaires, la montée des océans, les conditions météorologiques extrêmes, les sécheresses, les inondations, les incendies de forêt et les crises alimentaires?

Tout cela va devenir plus extrême. Le problème, c’est que nous ne pouvons pas attendre le jour où la CPI aura compétence sur l’écocide. Nous devons réduire la consommation de combustibles fossiles, non pas au cours des 25 prochaines années, mais au cours de cette décennie. Même l’Agence internationale de l’énergie a admis la vérité selon laquelle les pays doivent agir plus rapidement et de manière plus agressive pour réduire la pollution causée par le réchauffement de la planète.

SA ne peut tout simplement pas se résumer à 20 ans de pollution électrique et d’utilisation du charbon, d’autant plus que nous avons la chance de disposer d’une abondance d’énergie renouvelable. Nous espérons qu’il ne faudra pas une action en justice pour que le ministre des Ressources minérales et de l’Énergie, Gwede Mantashe, soit confronté à la vérité sur le réchauffement climatique et à la nécessité d’un avenir durable et renouvelable.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.