Mali: La CPI Met en Place des Mesures Pour les Victimes au Mali

Des mesures de réadaptation pour les victimes de crimes dans le centre et le nord du Mali ont été annoncées vendredi par la Cour pénale internationale (CPI) qui comprennent un traitement médical, une réadaptation psychologique, y compris des conseils en traumatologie et un soutien matériel et des moyens de subsistance. “Les crimes de droit international se sont multipliés au Mali ces dernières années, en particulier dans le centre et le nord-est du pays. En attendant que justice soit rendue, nous avons décidé de mettre en place des mesures de réhabilitation des victimes dans ces régions”, a déclaré Mama Koite Doumbia, présidente du Fonds d’aide aux victimes à la CPI qui mettra en œuvre le nouveau programme en partenariat avec des organisations au Mali.

Doumbia a déclaré dans un communiqué envoyé à l’agence Anadolu que de nombreuses victimes se trouvent maintenant dans une situation extrêmement précaire et que certaines ont perdu leurs biens.

“Avec cette décision, nous voulons permettre aux survivants d’aller de l’avant et ainsi contribuer au processus de justice transitionnelle”, a-t-elle déclaré.

Mayombo Kassongo, avocat des victimes dans l’affaire Al Mahdi, a déclaré dans un communiqué que «bien qu’elles ne remplacent pas les procédures judiciaires auxquelles elles ont droit, ces nouvelles mesures sont une très bonne nouvelle pour les victimes au Mali, au-delà des victimes à Tombouctou. . »

Ahmad al-Faqi al-Mahdi a été reconnu coupable d’avoir détruit des monuments historiques et islamiques à Tombouctou en 2012. Il a été condamné à neuf ans de prison en 2017 et condamné à verser 2,7 euros (3,2 millions de dollars) de réparations à la communauté de Tombouctou.

Kassongo a déclaré que «la décision est une lueur d’espoir» pour les personnes touchées par «les crimes les plus graves commis au Mali», en particulier «à un moment où les victimes d’Al Mahdi se préparent à recevoir leurs premières réparations».

La CPI prévoit de procéder à des réparations judiciaires individuelles, collectives et symboliques pour les communautés de Tombouctou et au niveau international.

“Les premières mesures sont sur le point d’être mises en œuvre”, a déclaré le tribunal.

«La destruction des bâtiments protégés a causé des souffrances aux populations à travers le Mali», a déclaré le tribunal.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.