COMMUNIQUÉ DE PRESSE: LA SOCIETE CIVILE AFRICAINE CONDAMNE DES VIOLENCES AU SOUDAN.

Le 10 Janvier, 2019.

 

Le Réseau Africain pour la Justice Pénale Internationale condamne fermement les massacres et les violations des droits de l’homme des citoyens au Soudan et demande au président Omar Al Bashir de se retirer, à la demande de la population afin d’ouvrir la voie à des reformes démocratiques profondes au pays.

A cause d’un gouvernement corrompu qui a conduit le pays dans une crise économique et qui a rendu la condition de vie quotidienne insupportable, les citoyens ont protesté pour exprimer leur situation désespérée et de réclamer du changement après vingt-neuf (29) ans d’exaspération.

Le Soudan a connu une série de guerres civiles et une crise économique grave au fil des années. Le président Omar Al Bashir a dirigé un gouvernement corrompu conduisant aux crimes de guerre et crimes contre l’humanité.  Un mandat d’arrêt à l’encontre d’Al Bashir a été délivré le 4 mars 2009 par la Cour Pénale Internationale (ICC)  et plus tard le 12 juillet 2010 mais aucune arrestation n’a été effectuée.

Le conflit armé qui a éclaté au Soudan en 2013 a fait possible des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et le Soudan, mais de nouveau, les violations des droits de l’homme ont refait surface et le gouvernement reste sourd aux actes commis par les forces de sécurité.

Cependant, ces derniers événements au Soudan se fait attendre depuis longtemps. Les civils a décidé de prendre les choses en main, bien qu’avec des répercussions. Le 16 décembre, les jeunes et les étudiants universitaires se sont mobilisés pour réclamer le respect de leurs droits politiques et de liberté d’expression. En vue d’empêcher les manifestations, le Parti du Congrès National (PCN), le parti Islamiste au pouvoir et ses milices ont tué environ 50 jeunes et ont arrêté les autres.

Dans son discours, président Al Bashir a menacé de recourir à tous les moyens pour mettre un terme aux protestations. Dans le même contexte, Ali Osman, l’ancien Vice-président et dirigeant islamiste disait que ses milices vont tirer à vue. Un grand nombre des vies ont été perdues et blessés par milliers. Ils attaquent tous ceux qui s’expriment en faveur de droits de l’homme.

Le Réseau Africain pour la Justice Pénale Internationale exhorte le gouvernement à ne plus utiliser la violence pour réprimer les manifestations et accorder la priorité à la sécurité de ses citoyens surtout les étudiants universitaires qui ont été arrêtés parce qu’ils mènent des manifestations pacifiques. RAJPI supplie également l’Union Africaine, les Etats-Unis ainsi que les autres plus grand puissance mondiale de condamner ces attaques et déployer des moyens pour rétablir la paix.

  1. Chino Obiagwu,

Coordinateur, le Réseau Africain pour la Justice Pénale Internationale, la Coalition Nigériane pour la Cour Pénale Internationale

  1. Ali Ouattara, Président, La Coalition Ivoirienne pour la Cour Pénale Internationale
  2. La Coalition Burundaise pour la Cour Pénale Internationale
  3. La Coalition de la République Centrafricaine pour la Cour Pénale Internationale
  4. La Coalition Guinéenne pour la Cour Pénale Internationale
  5. La Coalition Soudanaise pour la Cour Pénale Internationale
  6. Le Section Kenyane de la Commission Internationale de Juristes
  7. La Coalition Malienne pour la Cour Pénale Internationale
  8. Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture l’Articule du Tchad
  9. La Coalition Ougandaise pour la Cour Pénale Internationale
  10. Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l ‘Homme(RADDHO)
  11. Le Centre Africain pour la Démocratie
  12. L’Institut d’Etudes de Sécurité
  13. L’Institut de Droits de l’Homme et de Développement en Afrique
  14. Organisation des Femmes Actives de Côte d’Ivoire
  15. La Coalition Marocaine pour la Cour Pénale Internationale
  16. Le Centre Marocain de Paix et la Loi
  17. Centre de Litige de l’Afrique Australe
  18. L’Association des femmes juristes du Burkina Faso
  19. La Coalition Nationale pour la Cour Pénale Internationale de la République Démocratique du Congo
  20. La Coalition Tchadienne pour la Cour Pénale Internationale
  21. Réseau Justice et Développement

 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.