La CPI Rejette l’Offre de Gicheru de Faire Appel des Accusations

La Cour pénale internationale a refusé à l’avocat Paul Gicheru la possibilité de contester la confirmation des charges retenues contre lui. La juge de la mise en état Reine Adélaïde Sophie Alapini-Gansou a fixé la prochaine étape pour que l’avocat soit jugé pour avoir prétendument influencé huit témoins qui devaient témoigner contre le vice-président William Ruto et le journaliste radio Joshua Arap Sang.

Immédiatement après la confirmation des charges, Gicheru a déposé une nouvelle demande devant le même juge, l’exhortant à lui permettre de faire appel. Elle a cependant rejeté sa nouvelle offre de mettre fin au procès, notant que la Chambre d’appel avait ordonné aux suspects de contester les décisions des chambres préliminaires et de première instance une fois le verdict final rendu.

« Par conséquent, la Chambre conclut que le droit est clair sur le fait que la défense n’a aucune base légale pour présenter une demande d’autorisation d’appel en vertu de l’article 82 (1) (d) du Statut,15 qui ne s’applique pas à la présente les procédures », a-t-elle décrété.

Selon l’avocat, le juge a fermé les yeux, ce qui a finalement signifié que le procès se déroulerait sur la base de preuves fragiles et d’accusations non fondées. Gicheru a fait valoir que si l’accusation poursuivait l’affaire, cela n’aboutirait qu’à un jugement d’absence de réponse.

Il a également reproché au juge de ne pas avoir évalué la crédibilité des témoins qui lui étaient reprochés, ajoutant que le juge Alapini-Gansou s’était appuyé sur des ouï-dire non fiables et non corroborés de témoins à charge pour le renvoyer en jugement.

« Une résolution immédiate de ces questions par la Chambre d’appel est nécessaire pour le déroulement équitable et rapide de la procédure et son issue, car un appel démontrerait que les charges retenues contre M. Gicheru ne devraient pas être confirmées », a fait valoir l’avocat de Gicheru, Michael Karvanas.

« L’autorisation de faire appel fait sensiblement avancer la procédure dans le cas de M. Gicheru, fait avancer la procédure et lève les doutes sur l’exactitude de la décision ou de la ligne de conduite dans la bonne direction. »

Gicheru est accusé d’avoir falsifié les témoins P-0274, P-0341, P-0397, P-0495, P-0516, P-0536, P-0613 et P-0800.

Au cœur du procès se trouvent des témoins qui ont rétracté leurs preuves contre Ruto et Sang à la CPI, affirmant qu’on leur avait offert des pots-de-vin entre 500 000 et 2 millions de shillings.

En réponse, l’accusation a exhorté le juge à rejeter la demande. Il a fait valoir que si la Chambre d’appel était d’accord avec Gicheru, cela signifierait que le procès serait terminé sans audience. Le procureur adjoint de la CPI James Stewart est

Gicheru s’est rendu à la CPI l’année dernière après un mandat d’arrêt émis par un tribunal basé à La Haye pour des allégations d’ingérence de témoins. Selon le procureur, un témoin a déclaré que Gicheru les avait informés qu’ils devaient contacter et racheter toutes les personnes impliquées pour cesser d’aider la CPI.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.