Le Portefeuille des Ambassadeurs ne Peut Pas Arrêter l’Enquête de la CPI sur les Anciens Chefs des Services, Déclare PDP

Le Parti démocratique populaire (PDP) a réprimandé hier la direction du All Progressives Congress (APC) au Sénat pour avoir «trahi les Nigérians» en blanchissant les anciens chefs des services militaires des portefeuilles d’ambassadeurs malgré les informations faisant état de crimes contre l’humanité commis sous leur commandement. La partie, cependant, a insisté sur le fait que l’autorisation ne mettrait pas fin à l’enquête et à l’éventuelle poursuite des commandants accusés par la Cour pénale internationale (CPI) pour crime contre l’humanité, mesures préliminaires déjà engagées par la CPI.

Dans un communiqué publié par le secrétaire national à la publicité du PDP, Kola Ologbondiyan, il a déclaré: «Il est en effet horrible que la direction de l’APC au Sénat puisse choisir de trahir les Nigérians en se précipitant pour effacer les anciens chefs de service accusés dans une tentative désespérée. pour leur accorder l’immunité diplomatique et les protéger contre les enquêtes et les poursuites pour les atrocités commises contre les Nigérians sous leur commandement.

«Bien qu’il soit de notoriété publique que la direction actuelle du Sénat d’APC n’est qu’un simple tampon et un artifice utilisés pour approuver des politiques atroces et réprimer la volonté du peuple, cependant, descendant au niveau de l’aide et de l’encouragement au crime contre l’humanité en tentant de conférer l’immunité diplomatique aux ex-commandants accusés est pour le moins méprisable.

Selon le PDP, «il est en effet honteux que la direction de l’APC au Sénat ait pu blanchir les anciens chefs de service, que l’Assemblée nationale avait précédemment inculpés et réclamés leur limogeage pour échecs de sécurité et compromis présumés.

Il a déclaré qu’une telle récompense de l’échec équivalait à poignarder le Nigéria dans le dos.

Le PDP a averti les dirigeants d’APC au Sénat qu’une telle décision a dépeint l’ensemble de l’Assemblée nationale sous un mauvais jour devant les Nigérians et la communauté internationale.

Déjà, le parti avait déclaré que le développement dressait le Sénat contre la majorité des Nigérians, en particulier les victimes d’actes de terrorisme ainsi que ceux des meurtres extrajudiciaires signalés, des arrestations arbitraires, des détentions illégales dans des camps déshumanisants, du massacre de pacifiques manifestants, tortures, viols et autres atrocités qui auraient été commis sous les ex-commandants, comme détaillé dans les rapports d’organismes internationaux crédibles, notamment le Département d’État des États-Unis, Amnesty International (AI) et Transparency International (TI).

Le parti, cependant, a félicité ses membres du Sénat pour avoir rejeté l’autorisation des anciens chefs de service en tant qu’ambassadeurs, et les a exhortés à ne pas céder à la prise de mesures législatives pour assurer leur rappel.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.