Les Idéologues du Génocide Ciblent Désormais le Système de Justice Internationale – Envoyé Rwandais de l’ONU

Amb Valentine Rugwabiza, représentant permanent du Rwanda auprès des Nations Unies, a indiqué mercredi 7 avril qu’en plus de propager le déni du génocide de 1994 contre les Tutsi, les idéologues du génocide visent également le système de justice internationale. Elle l’a noté lors d’un événement de commémoration à New York pour marquer la Journée internationale de réflexion sur le génocide de 1994 contre les Tutsi au Rwanda. Ces dernières années, a-t-elle noté, une augmentation du déni du génocide contre les Tutsi dans les universités, les médias et même certains cercles des institutions gouvernementales a été observée.

Le déni, une phase du génocide qui est conçue par les idéologues et les cerveaux du génocide depuis le début de leur projet haineux, a-t-elle dit, prend plusieurs formes, les plus fréquentes étant les publications dans les médias, destinées à réviser et réécrire l’histoire; déclarations délibérément ambiguës des gouvernements qui modifient la vérité historique.

Elle a ajouté: “Les idéologues du génocide ciblent également le système de justice internationale. Nous avons observé avec préoccupation une augmentation du nombre de témoins sous pression pour qu’ils révisent leurs déclarations antérieures.” Alors que nous nous réunissons ici, le Mécanisme international résiduel pour les tribunaux pénaux est en train de juger une nombre de ces affaires pour outrage au tribunal. “

Elle a remercié les membres des Nations Unies de se tenir sans équivoque «du côté de la vérité» en adoptant par consensus le 20 avril 2020 la résolution 74/273 de l’Assemblée générale sur la Journée internationale de réflexion sur le génocide de 1994 contre les Tutsi en Rwanda.

Dans le génocide, a-t-elle dit, la clarté historique est essentielle et contribue à une prévention efficace. “La tâche de lutter contre l’impunité et le déni est de la responsabilité de tous les États membres. Elle devrait être au cœur des Nations Unies.”

Lois criminalisant la banalisation du génocide

Rugwabiza a également ajouté sa voix à ceux qui appellent les pays du monde entier à promulguer des lois qui criminalisent la banalisation du génocide contre les Tutsi. “Nous félicitons les Etats membres qui ont mis en place des lois qui criminalisent la banalisation du génocide contre les Tutsi et tous les crimes contre l’humanité. Nous appelons les autres à promulguer de telles lois”, a déclaré Rugwabiza.

À des milliers de kilomètres de là, au siège de l’UA à Addis-Abeba, Amb Hope Tumukunde Gasatura, envoyé du Rwanda en Éthiopie et mission permanente auprès de l’Union africaine, a appelé les États membres de l’organe continental à promulguer des lois qui criminalisent la négation et la banalisation du génocide.

Le négationnisme doit être pris au sérieux par les États membres et puni sérieusement, a-t-elle noté, appelant également les États membres de l’UA qui continuent à abriter les auteurs du génocide de 1994 à coopérer avec le gouvernement rwandais ou avec le mécanisme résiduel de l’ONU pour faciliter la justice.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.